Nous partageons avec vous le témoignage d’une autre maîtresse que nous connaissons, Stéphanie, qui a décidé d’enseigner « autrement »,
De s’adapter aux particularités de ses élèves au lieu de vouloir absolument que tous s’adaptent au système et rentrent dans le moule,
Pour leur donner l’envie de venir à l’école et le goût d’apprendre, sereinement, pour que le plaisir prenne le pas sur l’ennui et parfois l’angoisse.
Tout est possible sans avoir besoin de budget particulier ou de formation, il suffit d’une petite dose de curiosité, de remise en question et d’avoir envie de changer, d’évoluer, de cheminer avec ses élèves!

« Je suis enseignante en Maternelle depuis 10 ans. 
Avec le temps, je me suis aperçue qu’en classe, tout était possible! 
Tout est flexible, tout est adaptable, tout est modifiable. L’espace, les supports, la pratique, le regard, le temps, le contenu. 
Tout! 
Afin d’assouplir au maximum ce cadre si rigide que propose l’école dans les textes et de (re)donner à chaque enfant le goût d’aller à l’école. 
Il suffit de changer de point de vue, de s’ouvrir et d’avoir comme objectif principal de faire aimer l’école à ses élèves. 
A tous les élèves, surtout à ceux qui ne rentrent pas dans ce fameux moule.

Voici quelques petites astuces matérielles faciles à mettre en place, qui fonctionnent et sont bénéfiques à l’ensemble des élèves.
– Un grand Time-Timer qui indique le temps restant. Un élève est ‘maître du temps’ et met en route le timer en début de chaque activité. Chacun le voit et sait s’il a encore du temps pour achever/commencer une nouvelle tâche.
– Des gobelets individualisés afin que chacun puisse boire à sa guise à tout moment
– La possibilité d’aller aux toilettes, à condition de tourner la petite pancarte (accrochée à la sortie de la classe) ; une face verte/une face rouge.
– Des endroits de ‘délestage’ qui permettent aux enfants de faire une pause ou de s’occuper une fois leur activité terminée : 
* Un coin calme : j’ai installé une grande tente dans ma classe. C’est un espace qui peut accueillir 3 élèves et où chacun peut se rendre quand il veut. 
On peut y lire, mettre un casque anti-bruit, tripoter des balles anti-stress, divers ‘fidgets’, observer une boule à neige, ou simplement s’isoler et contempler l’extérieur (elle se trouve juste devant une fenêtre). 
* Une possibilité de faire un tour dehors ou dans le couloir à n’importe quel moment. La confiance est le fondement de la relation ‘enseignant-élève’. Je mets à disposition des élèves un grand sablier devant la porte de la classe et la règle est la suivante : on ne sort pas à plusieurs, on doit toujours pouvoir voir le sablier et on revient en classe quand il est écoulé. 
* Une table avec des modèles de dessins, de pliages, des sudokus, des coloriages, des mandalas, … 
* Une étagère contenant des casse-têtes, des Rubiks Cubes en tous genre, …
* Des tiroirs contenant des activités de type Montessori, accessibles à tout moment, pour faire une pause (tri d’objets métalliques avec un aimant, pliage de chaussettes, lacets à nouer, nombres à ordonner, petites constructions en 3D,…)
* Un coin écoute ou 2 enfants peuvent écouter une histoire à l’aide d’un casque
* Un chevalet de peinture avec feuilles, gouache et pinceaux toujours accessibles

Avec le temps, j’ai compris que certains enfants avaient davantage besoin de bouger que d’autres (TDAH ou non). Pour ces enfants, outre les astuces précédentes, je permets de travailler au sol, d’être assis sur un coussin ergonomique ou un ballon, de tripoter des objets pendant le travail, de changer d’activité en cours de route, d’aller se dégourdir les jambes…
Lorsque ces enfants ont un besoin immédiat de répondre à une question collective, ils ont pris l’habitude de ne plus crier la réponse avant tous les autres, mais de venir me la murmurer à l’oreille.

Nous faisons quotidiennement des exercices de Brain Gym, soit avant une activité, soit dès le matin lors du regroupement. 
Je pratique depuis 4 ans la méditation de pleine conscience à partir de la moyenne section sous forme de petits temps calme et plus systématiquement avec les grands sous forme de séances plus longues. Voici quelques exemples d’activités, à réaliser en musique et à utiliser de façon opportuniste en fonction du besoin du groupe, de la météo, du temps dont on dispose :
– Les enfants sont assis et se font masser le dos par un camarade.
– A l’aide d’une plume, les enfants caressent le visage, les parties du corps qui sont découvertes
– Assis en cercle, les enfants se font passer une clochette qu’il ne faut pas faire retentir
– Assis ou couchés, dans la classe ou dans la cour, les enfants écoutent les bruits qui les entourent puis s’expriment sur ce qu’ils ont entendu
– Debout dehors les yeux fermés, chacun essaye de trouver d’où vient le vent
– J’utilise les ouvrages Calme et attentif comme une grenouille (Eline SNEL) et Un cœur tranquille et sage (Susan KAISER), qui proposent une multitude de support à écouter (CD) et de petits exercices qui permettent de travailler l’attention.

J’ai axé le projet de cette année sur les émotions, 
L’apprentissage du langage des émotions a sur l’enfant un impact sur son comportement social, et notamment sa capacité à surmonter le stress, à gérer son agressivité et à exprimer ses affects. 
Un enfant qui enfouit ses émotions, ses peurs, qui ne peut pas manifester sa joie ou sa colère, n’apprend pas à tenir compte de ce que lui ou les autres ressentent. 
Il ne développe pas d’empathie, pas de bienveillance : ni pour lui-même, ni pour les autres.
Quand un enfant apprend à repérer ses émotions et à repérer le message envoyé par son corps, il arrive mieux à s’adapter et à comprendre ce qui compte pour lui mais aussi pour les autres.
Nous avons navigué toute l’année au fil des émotions à travers des albums, de la musique, des textes, des activités artistiques,…
Dans la classe, des affiches représentant chaque émotion permettent à chacun s’il le souhaite de déterminer l’émotion qui le caractérise en arrivant le matin. 
La pince à linge marquée du prénom peut évoluer dans la journée. On en parle, ou pas. A chacun de sentir son besoin. Parfois, on en parle tout ensemble et cela débouche sur un débat.

L’année prochaine, je débute un projet « d’Ecole du Dehors ». 
Ce projet a pour objectif de combler le déficit de nature des enfants, contextualiser les apprentissages et développer les compétences transversales. Il constitue une approche pédagogique nouvelle par rapport aux enseignements en classe. 
Deux fois par semaine, nous passerons une matinée dehors, quelle que soit la météo. Nous nous rendrons toujours au même endroit et nous approprierons ce lieu, le ferons vivre, le découvrirons au fil des saisons. 
Les élèves grattent la terre, se roulent dans les feuilles, observent les petites bêtes, les plantes et les arbres, transportent des pierres, construisent des cabanes, patouillent dans la boue, font des traces et des dessins dans le sable, de la musique avec les bambous …
Chacun à son rythme, dans une grande autonomie et avec l’accompagnement discret des enseignants, les enfants construisent les compétences inscrites dans les objectifs de l’école maternelle : ils découvrent le monde, expérimentent, imaginent, apprennent à parler, à compter et à coopérer …
Ma posture sera d’observer, d’encourager, de répondre aux interrogations, de rassurer, de verbalise et d’inciter à aller plus loin. Il faudra certainement gérer les conflits et rappeler les règles qui sont simples : ne pas faire de mal ; ni à soi, ni aux autres, ni à la nature.

Pour clore 3 années de maternelle :
Lorsque les Grands terminent leur dernière année de maternelle, je les ai eus 3 ans et les connais vraiment bien. 
Je m’attache à chacun d’eux. 
Le dernier jour, je leur fais colorier puis vernir un galet sans leur dire pourquoi ils le font. 
Et pendant la pause déjeuner, je note sur chaque galet un petit mot personnalisé en leur souhaitant bonne route au CP. C’est un moment émouvant et certains parents d’anciens élèves me rapportent que leur enfant conserve précieusement ce caillou porte-bonheur depuis des années !


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *